Traversée du Vietnam du Nord au Sud

Traversée du Vietnam du Nord au Sud

Vietnam du Nord au Sud  2 semaines 6 amis au départ, 3 à la fin

Février 2014 412€ vol interne inclus Déjà testé par 1 Local Xplorer

Petit aperçu :

6 étudiants en échange à Pékin voyagent pendant le nouvel an chinois en Thaïlande puis Vietnam. Une de nos premières en Asie du sud-est en backpack. A découvrir ? Le Vietnam du nord au sud en seulement 2 semaines, des choix de parcours, notre ressenti et nos conseils.

LES STOPS

★★☆☆☆

Arrivée à Hanoï depuis le sud de la Thaïlande et ses îles ce n’est pas forcément facile en février (même très difficile pour les garçons). Mauvais temps et froid étaient au rdv dans la capitale.

La vie grouille dans la ville où le nombre de scooter est impressionnant, plus encore surprenant, leur façon de klaxonner à tout va (à chaque qu’ils doublent ou croise un autre scooter, c’est-à-dire : TOUT LE TEMPS !). Les boui-bouis et autres food trucks tapissent les trottoirs. Chacun vague à ses occupations : cirage de chaussures, échiquier chinois, atelier aiguisage de couteaux,  coiffeur improvisé ou encore création de circuit électrique. Les cultures se mélangent, un vraie melting pot, entre bâtiments publics et villas coloniales, pagodes et temples et architecture de style soviétique. Les quartiers et la population qui y habitent sont vraiment très différents. On s’en beaucoup l’influence chinoise.

Incontournable pour certains point culturels et notamment le mausolée d’Ho Chi Minh, le quartier français où de nombreuses bâtisses coloniales se dressent rappelle aussi le temps de l’Indochine et de la domination française. Plusieurs lacs avec notamment lac de l’épée restituée, lac de l’ouest permettent de retrouver la tranquillité en ville.

On sent les gens tout de même assez fermés. Pas forcément attirée par les grandes villes lors de mes voyages, je conseille de ne pas rester très longtemps à Hanoï.

★★★☆☆

 

Comme tout voyageur au Vietnam j’attendais avec hâte de découvrir les merveilles de la Baie d’Along. Nous avons réservé un tour à la journée au départ d’Hanoï (que je ne conseille absolument pas !) Evidemment c’était bien trop court ! J’aurais voulu y rester plusieurs jours, dormir sur le bateau où même sur un îlot afin de pouvoir profiter du cadre, loin des autres bateaux touristiques. Malgré le fait que notre ballade dans la baie fût limitée, je garde en souvenir un paysage magnifique.

Autre bémol, le climat du nord du Vietnam en février. Nous avons eu de la chance avec le temps cependant le froid ne nous permettait pas de se baigner ou de faire de visiter en kayak. Ce n’est que partie remise, j’y retournerai avec mon chéri ☺

 

★★★★☆

Après un autre stop à Hanoï, c’est pour Ninh Binh que nous nous dirigeons ! Nous avons lâché les garçons (ouf !) La baie d’Along terrestre ça vous parle ? Nous, nous avons adoré ! Nous avons embarqué dans une petite pirogue typique et avons vogué sur la rivière sinueuse qui mène aux pics karstiques. Magnifique cadre, calme absolue et gentillesse des habitants, nous avons été conquises. Sur les berges qui longent la rivière, des rizières se dressent, seules quelques personnes travaillent dans les champs. Plus loin, nous apercevons des petits temples. Des canards peuplent aussi les environs. Le temps brumeux rend le paysage encore plus mystérieux. Nous sommes amusées par la façon de ramer des vietnamienne (avec les pieds !).
Nous passons par plusieurs cavernes naturelles et rentrons après 2h de ballade.
A lire aussi : Baie d’Along classique ou terrestre ?

★★★★☆

Depuis Ninh Binh le même jour que notre visite à Tam Coc, nous prenons un bus de nuit direction Hue au centre du Vietnam.

Arrivées tôt le matin après une bonne nuit nous nous baladons dans cette ville calme, ancienne capitale impériale du Vietnam entourée de remparts. Nous longeons la rivière des parfums et arrivons ensuite au grand marché où les produits typiques ne manquent pas.

La citadelle impériale est un « must to see » à Hue. Elle dispose de 4 portes principales : celle de la paix (au nord), celle de l’humanité (à l’est), celle de la vertu (à l’ouest) et la porte du midi (au sud). Cours intérieurs, bassins, salle du trône … juste l’essentiel pour un empereur !

Autre intérêt majeure de Hué, les sépultures royales rependues dans la campagne environnante. C’est en mototaxi que je visite les lieux, un véritable plaisir. Vastes étendues où se dressent soudainement les mausolées impériaux de Tu Duc, Khai Dinh, Minh Mang… Au nombre de sept, ils sont assez différents architecturalement, certains plus majestueux que d’autres. Certains perchés sur la colline, d’autres reculés dans les bois, chacun a une atmosphère particulière. Tous sont composés de cours aux rangées de mandarins civils et militaires, chevaux et éléphants. La visite en scooter permet d’être libre de se déplacer où l’on veut, de visiter les tombeaux auxquels les tours organisés ne se donnent pas la peine d’aller mais aussi de prendre son temps et d’admirer la beauté du paysage, entre rizières, collines, forêts et ruisseaux.

On s’est également rendu à la pagode de la Dame Céleste au coucher du soleil où l’on a pu observer les jeunes moines y logeant jouer au ballon.

★★★★☆

On the road again ! Nous reprenons un bus local pour nous rendre à Hoian, mais de jour cette fois et bien heureusement parce que ça vaut le coup ! C’est simple, je suis restée une bonne partie du trajet debout à côté du chauffeur à utiliser toute la mémoire de ma GoPro ! La route sinueuse grimpe jusqu’au col des nuages et nous dévoile, pendant tout le voyage, une vue magnifique sur la vallée et la mer de Chine.

Nous nous arrêtons à un village de pêcheurs et admirons l’eau turquoise de la baie fermée. Puis nous reprenons la route et apercevons de loin les buildings et pont immense de Danang avant d’arriver à la petite ville d’Hoi An.

Hoi An, ville paisible où le temps semble s’être arrêté, aux maisons jaunes, en bois sculpté et au toit de tuiles, son mélange d’architecture japonaise, chinoise et française, aux lanternes colorées et  au marché aux odeurs d’ailleurs, dégage un charme fou. Il fait bon de se balader dans cette ville et de découvrir des demeures traditionnelles, pleines d’histoires (datant du 17ème siècle). Au détour d’une rue nous découvrons les Maisons Tan Ky et Tran Duong que nous avons eu la possibilité de visiter et même d’apprendre de leur histoire grâce à leurs habitants, la pagode Chuc Thanh, le temple Phuc Kien ou encore le Pont Japonais (construit en 1593 pour relier les communautés Chinoises et Japonaises) que vous ne pouvez pas louper. La petite île de Cam Nam dans l’embouchure de Hoi An vaut également le détour.

Louer un vélo permet également de sortir un peu de la petite ville, de traverser les bras du fleuve Thu Bồ sur laquelle est établie Hoi An, de découvrir les rizières environnantes où travaillent des paysans et même d’arriver jusqu’à Hidden Beach sur la mer de Chine.

★★★★☆

Nous continuons nos aventures vers un site emblématique du Vietnam, un des plus vieux mais aussi un des plus vastes : La Terre Sainte de My Son. Perdu dans la jungle, les vestiges du royaume de Champa transpirent une atmosphère toute particulière. Difficile de communiquer cette sensation, on se croirait tout simplement dans un autre monde, comme un aventurier qui vient de découvrir une civilisation oubliée après de km de marche dans la nature ! Si le site datant 4ème siècles est très endommagés, certains monuments gardent leur grandeur et certaines sculptures des dieux hindouistes Shiva, Ganesh, Vishnou, gardent leur splendeur.

Autre incontournable sur la route entre Hoi An et Danang, les montagnes de marbre sont un lieu mystérieux. Au nombre de 5, ces montagnes constituaient une carrière pour les artisans locaux qui y extrayaient le marbre pour tailler des tous types de statues (généralement religieuses). Nous n’avons pas manqué de le remarquer, dès notre arrivée dans le village de Ngu Hanh Son. Les rues sont pleines de statues à vendre !

Nous commençons ensuite l’ascension de Thuy Son (la seule des 5 collines qui l’on peut visiter) et ses 156 premières marches. Au sommet, la vue est magnifique sur la vallée, la mer de Chine et les buildings de Danang. La montagne est parsemée de petits temples et pagodes ainsi que de grottes plus ou moins grandes où des sculptures et hôtels religieux y sont nichées. On est envouté par l’odeur de l’encens déposé aux pieds des bouddhas.

★☆☆☆☆

Après un bon jus de canne à sucre, le temps et venu de regagner la civilisation et partir pour Danang. Cette ville étape était indispensable pour prendre un vol pour nous rendre à Ho Chi Minh (et oui faute de temps nous n’avons pas le luxe de continuer en bus). Notre après-midi à Danang m’aura suffi. Déjà pas fan des grandes villes en voyage, je n’ai pas vraiment trouvé de charme particulier à la ville. Ses buildings, ses ponts imposants et ses panneaux publicitaires démesurés ne m’auront pas convaincu. La visite du musée des civilisations pourraient, à la rigueur, être un centre d’intérêt.

★★★☆☆

Grande ville également, Ho Chi Minh, est très différente d’Hanoï. Beaucoup plus propre, moins saturée, aux rues et boulevards beaucoup plus large, elle est plus accueillante. On s’y sent mieux. Le temps y joue surement un peu mais les habitants semblent plus ouverts. Grand parcs, musées, églises d’influences européennes, malls et buildings composent la ville. Certains quartiers contrastent et l’on retrouve le Vietnam plus authentique.

Visite incontournable et riche en émotions : le musée de la guerre. Machines de guerre, support de la communauté internationale apporté au Vietnam, divulgation de faits réels (et tout à fait atroces), photos d’époque choquante, presse américaine et japonaise… nous ressortons la gorge nouée et les yeux remplis de larmes. Difficile de reprendre ses esprits et le silence règne entre nous pendant un moment. Ce musée n’en reste pas moins très intéressant et si récit est clairement compté sous l’yeux vietnamien, il permet d’apprendre sur l’histoire de cette guerre.

★★★★☆

La séquence émotion terminée, c’est avec hâte que nous nous dirigeons vers le tant attendu Delta du Mékong. Sans tour organisé évidemment et par l’usage de bus locaux, pour une aventure authentique.

Arrivé à Vin Long, et après avoir parcouru quelques rues, nous recherchons une embarcation pour faire un tour sur le Mékong et nous rendre sur la petite île sur le fleuve pour y passer la nuit. Végétation dense, arbres submergés, herbes flottantes, la nature à l’état pure. Puis, par moment, certaines maisons à pilotis peuplent les berges, des églises se dressent. Certains villages plus importants apparaissent également. Avec eux, les marchés flottants. Ces longs bateaux sur lesquels sont vendus, fruits, légumes et autres commodités. Souvent attachés en ligne, le commerce s’effectue à bord.

Il n’est pas rare de voir des familles entières vivant sur ces embarcations de bois. Linge étendu entre 2 mats, enfants gambadant tous nus sur le bateau, stockage de provisions leurs bateaux se transforment en réelles maisons.

Nous croisons tout un tas de bateaux transportant des végétaux, du bois et du sable, le commerce est bat son plein.

Nous testons une des petites pirogues dirigées par des locaux qui ont une façon particulière de ramer avec les rames opposées afin d’emprunter de petits canaux pour nous rendre sur notre île. Ici les habitants nettoient leur linge aux abords de la rivière. L’île est très verte avec seulement quelques maisons perdues entre les palmiers et feuilles de bananier. Seul le rire des enfants cassent le calme qui règne. Nous longeons chez l’habitant et empruntons des vélos pour se balader et rentrons au coucher du soleil. Le lendemain, c’est le ferry qui nous ramène à Vin long puis à sa gare de bus locale.

★★☆☆☆

Sur la route de Can Tho, les paysages défilent. La forêt et le Mékong défilent à tour de rôle. Je pourrais m’asseoir et ne cesser d’admirer ces vues. La petite ville rassemble quelques petits temples et un marché couvert. Hormis pour une nouvelle balade en bateau, la visite reste illimitée.

★★★★★

De loin mon expérience la plus insolite au Vietnam, celle qui reflète le plus ma vision du voyage et celle que reflète Loxal Xplorer.

Je vous dis tout ICI.

★★★★☆

 

Dernière étape de notre fabuleux voyage, Chau Doc ! J’y arrive juste après le coucher du soleil. Et me dirige droit vers le marché, poumon de la ville. On y trouve tout un tas de choses étranges comme de grands poissons complétements séchés ou encore des nouilles de tous genres. Je retrouve ensuite mes amies dans notre guesthouse sur pilotis (qui ne semble pas vraiment solide…).

Il semblerait que 80% des maisons qui bordent le fleuve soient construites de taule et de pilotis. C’est avec surprise que nous en découvrons certaines complétement penchées, prêtes à plonger. Afin de mieux découvrir les environs, nous embarquons sur une petite jonque qui nous amène aux marchés flottants. Bon ça on commence à connaître, next step ? Les maisons flottantes ! Nous avons même la chance de découvrir des élevages de poissons, ingénieuses ces maisons flottantes avec trappes intégrées qui permettent de directement pécher son poisson depuis son salon ! Ah ça vous n’y avez pas pensé hein ? Paysages toujours aussi sauvage et typiques et découverte de moment de vies locales quotidiennes complétement insolites.

Le capitaine de notre bateau, nous emmènent ensuite sur les terres et dans une maison sur pilotis, atelier tissage de ces dames travaillant sur des machines typiques. Impossible de savoir où est ce que cela se trouve exactement et du coup difficile de vos conseiller cette Local Immersion…

De retour sur la terre ferme, mes copines et moi nous séparons. Nous avons notre vol de retour depuis Ho Chi Minh le lendemain et elles veulent rentrer pour s’occuper des souvenirs. Moi je compte bien profiter encore un petit peu de la région (oui… toujours plus). Comment se rendre à Chau Doc sans partir à la découverte du Mont Sam Nui, un des mont sacré du Vietnam, lieux de pèlerinage parsemé d’une centaine petits temples et pagodes. Je m’y rends en moto taxi. Nous traversons les campagnes et je découvre dès mon arrivé un grand temple au pied de la montagne. Surprise de voir autant de personnes, je comprends rapidement qu’aujourd’hui est un grand jour de pèlerinage. Des vietnamiens sont venus de tout le pays pour se recueillir ici. Chants, prières, encens l’atmosphère est très spirituelle. Je commence ensuite ma grimpette des 284m de la colline. Je suis de plus en plus séduite par la vue qui s’offre à moi : rizières à perte de vue, collines, mélange de couleurs vert, bleu, marron et jaune. D’un côté de la colline c’est le Cambodge, de l’autre le Vietnam. En chemin, un moine bouddhiste me sourit et m’invite dans sa petite pagode. Il me donne de l’encens et m’apprend comment prier. Moment humain et spiritueux fort. Nous ressortons ensuite puis il m’offre un thé et des petites bananes que nous mangeons assis, face à la vue. Décidément, le Delta du Mékong dépasse mes espérances.

Une fois rentrée au pied de la colline, je retrouve mon moto-taxi qui me ramène au centre ville où je compte prendre un bus pour Ho Chi Minh. Je lui demande de me déposer à un distributeur. Le 1 er est hors service, le second aussi, le 3ème et tous les autres !! PANIQUE, mon moto-taxi qui parle assez bien français me dit que ça doit être à cause du pèlerinage, que ce n’est pas possible de retirer aujourd’hui dans tout le Delta du Mékong. Euh… ouais mais moi demain matin j’ai un vol d’Ho Chi Ming à Pékin et j’enchaine direct avec mes cours… Négociation de mon moto-taxi avec toutes les agences de bus pour que je les paie une fois à Ho Chi Minh, en vain. Finalement, à force de jouer les petites malheureuses, j’arrive à mes fins. Je ne peux même pas donner un gros pourboire pour remercier mon ami local ! En route pour Ho Chi Minh des dames me propose de me donner de l’argent pour manger. Elles ont compris ma situation. Finalement arrivée, à destination un nouveau moto-taxi (bien moins aimable que le précédent) m’ordonne de monter pour qu’il m’amène au distributeur puis me demande une commission faramineuse !! Je ne me laisse pas faire, à mes risques et périls …

Je retrouve enfin mes amies, qui ont été confrontées aux mêmes épreuves que moi et qui ont même crevé en route, elles sont arrivées 10 minutes avant moi … On se souviendra de notre dernière journée au Vietnam, quelle histoire !

HÉBERGEMENT

Rien de plus simple

Honnêtement, inutile de réserver, utiliser le Lonely Planet et aviser sur place afin de trouver quelque chose qui vous convienne au meilleur prix. Pour moi, l’hébergement est le dernier de mes soucis, je sais qu’en Asie, même à 3h du matin dans un bled perdu, cela reste toujours relativement facile d’éviter la nuit dans la rue. Et puis je ne voyage pas pour rester dans ma chambre au contraire, j’y suis le moins possible. Du coup impossible de vous fournir plus d’infos, sorry !

LES TRANSPORTS

Conduite « à l’asiatique »

Accessible partout

Local Immersion garantie

Globalement facile de se déplacer en bus locaux partout. Les prix ne sont vraiment pas chers et les prestations dépendent des régions (plus tu descends au sud plus ton confort diminue). Les Vietnamiens conduisent à l’asiatique diront nous (ou à la marseillaise, ça revient à peu de choses près pareil). C’est-à-dire, vite et en prenant pas mal de risques (mais bon nous n’en sommes pas morts).

Nous avons testé les bus de nuit et avons été très agréablement surprise de la qualité de la prestation. En effet, en bonnes backpackeuses que nous sommes, nous avons privilégié le prix au confort et nous nous sommes retrouvé avec un vrai lit 3 places (ça tombe bien on était 3 !) et le wifi !

Les mini-bus du Delta du Mékong sont une expérience à eux seuls qui méritent le détour ! Déjà vous serez les seuls étrangers (Local’immersion garantie !), ensuite vous serez serrés, vous apprendrez qu’il est toujours possible de faire rentrer plus de voyageurs (et même de leur fournir une place assises : avec des chaises en plastiques rouge rajoutées au niveau de la porte !), vous  comprendrez la nécessité d’un co-pilote même si vous connaissez la route par cœur (et ouais lui son job c’est de racoler les locaux en criant le nom de la destination à chaque fois qu’il aperçoit une personne au bord de la route !), bon tout ça s’en parler de leur conduite (disons pas très prudente) mais le pire dans tout ça c’est que vous en redemanderez !

BUDGET

2 à 4€ la nuit

3 € le repas

2€ les 2 heures

C’était il y a un moment, les souvenirs se sont évaporés, mais pour un aperçu global :

Il est très facile de retirer de l’argent (à part si vous vous trouvez au fin fond du Delta du Mékong un dimanche, jour de pèlerinage ! article ici).

La monnaie est le Dong. Comme dans les autres pays asiatiques, il vaut mieux retirer dans des distributeurs de banques officielles, sinon attention les commissions !

Tout se négocie au Vietnam, n’hésitez pas mais gardez le sourire et ne descendez pas trop bas, votre plaisir d’acheter sera réduit à néant si le vendeur n’est pas content.

Le pourboire n’est pas une généralité mais les Vietnamiens l’apprécient.

Le budget Bus est très variable en fonction des compagnies et des localisations.

 

COUPS DE COEURS / À ÉVITER

La baie d’Along terrestre

Les tombeaux des alentours de Hue

Route entre Hué et Hoi An

Le nord du Vietnam en février

Vouloir trop en faire. (Nous vous conseillons de vous concentrer sur une région si vous manquez de temps.)

Conseil & Astuces

Rester plusieurs jours sur la baie d’Along et ne pas prendre de tour depuis Hanoï (se rendre à l’accès sud beaucoup moins fréquenter et trouver la-bas une embarcation locale)

Inutile de réserver des hotels, bus, vols intérieurs

De même pour le Delta du Mékong, préférer les bus locaux aux tours organisés, y passer au moins 5 jours permet d’avoir une bonne vision de la vie des locaux et d’aller à leur rencontre.

A inclure dans notre prochain voyage ?

La rencontre des ethnies des montagnes au nord du Vietnam.

Paysages magnifiques et voyage culturel fort. Il neigeait lors de notre voyage en février. J’aimerai m’y rendre avec les bus locaux, sans guide, y passer plusieurs semaines en rando.

Les hauts plateaux de Dalat.

Une région qui m’avait déjà interpellé lors de mon voyage mais que je n’avais pu visiter faute de temps …

Remonter le Mékong jusqu’à Siem Reap au Cambodge.

S’arrêter en chemin au grès de mes envies, rencontres les habitants et bien sûre arriver aux fameux temples d’Angkor la tête pleine de souvenirs.

La route du centre du Vietnam à moto.

Déjà depuis le bus je garde un souvenir de paysages splendides.

ÇA ME PLAIT, ÇA M’INTERESSE, ÇA MÉRITE D’ÊTRE CONNU ?

JE PARTAGE !


Partager

Commentaires(0)

Il n'y a aucun commentaire pour l'instant

Ajouter un commentaire

Soit le premier à commenter “Traversée du Vietnam du Nord au Sud”