Itinéraire de voyage au Costa Rica en famille

Itinéraire de voyage au Costa Rica en famille: roadtrip entre incontournables et coins méconnus

 3 semaines au Costa Rica 19 jours En famille

Décembre 2017 – Janvier 2018 Déjà testé par 2 Local Xplorers

Petit aperçu :

La première partie de notre voyage au Costa Rica s’est effectuée en 4×4 et en famille, pendant 3 semaines. Nous étions donc véhiculés pour profiter des incontournables tout en pouvant se rendre dans des endroits méconnus et sortir totalement des sentiers battus. Nous avons eu le temps de visiter de nombreux incontournables du pays, de largement profiter de l’incroyable faune du Costa Rica et de passer un superbe Noël et Nouvelle An au soleil, en famille. Le Costa Rica et ses toucans, paresseux, autres singes et innombrables oiseaux offre des paysages époustouflants que nous vous invitons à découvrir dans cet itinéraire.

LES STOPS

★★★★☆

Oubliée des guides de voyage, El Jobo et ses environs est une région moins visitée par les voyageurs. Il est alors facile de se retrouver seul sur une plage.
Si le minuscule village d’El Jobo n’a pas d’intérêt, il est un bon moyen pour sillonner les environs.
Ici tout est calme, seul le vent souffle fort et attire les kitesurfeurs sur la plage de Copal. Vous pouvez vous initier en prenant des cours avec Costa Rica Kite et louer votre matériel.
La plage de Copal se trouve dans la Bahia de Salinas partagée entre le Costa Rica et le Nicaragua. Ne tentez pas de vous aventurer au Nicaragua par la mer, vous risquez d’être emmené au poste de frontière jusqu’à présentation de votre passeport …
Au large de Playa Copal, se trouve la belle île Bolanos, refuge de nombreux oiseaux. La plupart des îles et côtes environnantes sont protégées car elles abritent beaucoup d’oiseaux, les fonds marins sont également riches en faune entre raies, poissons et tortues. Ces dernières viennent pondent leur œufs sur les plages del Jobo et il vous sera possible de les observer grâce à l’association Equipo Tora Carey (ETC) qui contribue grandement à perpétuer l’espèce notamment en protégeant ses œufs.

Offrez-vous une excursion plongée ou snorkeling ou même une virée en voilier, notre amie Mathilde sera ravie de vous conduire (contact : casa mariquita, mail : mllegiry@hotmail.fr).
Enfin, découvrez les plages sauvages des alentours d’El Jobo : Papaturro, Coyotera, Rajada, Coco, Jobo.
Le tout petit port de Punta Manzanillo vous permettra de rencontrer les pêcheurs de la baie et pourquoi pas de leur demander de pêcher avec eux.
Plus loin, les belles plages de sable blanc de Junquillal, Guaita et Cuajiniquil valent également le détour.

★★★★★

Ecolodge perdu sur une colline au beau milieu de la jungle, près de la frontière avec le Nicaragua, Tierra Madre est une destination complètement hors des sentiers battus.
C’est le projet fou de deux belges qui ont acheté à 19 et 22ans un terrain de 60hectares ! Ayant vécu sans électricité pendant 4 ans François a initié seul la construction des bungalows de luxe en bois. Fahimeh et Adrien sont arrivés plus tard et ont construit l’ecolodge à la main.
C’est par une route de l’impossible que l’on se rend à Tierra Madre. Adrien vient nous chercher en pickup, chaînes aux roues. La boue, les pentes et les crevasses rendent difficile l’accès. Les paysages sont magnifiques, petites fermes, collines verdoyantes et volcans au loin.
Arrivé sur la colline de Tierra Madre, on admire la vue sur les volcans du Nicaragua. Le cadre est idyllique. Il y a également des chevaux et une ferme bio. De nombreuses activités sont proposées aux voyageurs. Tout d’abord plusieurs randonnées dont celle qui mène au lac du Nicaragua. Le chemin très boueux s’enfonce dans la jungle où l’on observe des toucans, oiseaux, singes hurleurs/araignée/capucins. On traverse une rivière et on se retrouve finalement sur une plaine qui mène au lac. On est alors du côté Nicaragua ! Par beau temps la vue sur les volcans est splendide.
Une autre randonnée permet d’admirer un beau coucher de soleil sur les montagnes.
Il est également possible de se baigner dans une source d’eau chaude.
Les activités authentiques ne manquent pas : production de vin de maracuya, affûtage de machette, traite des bêtes, fabrication de toits de chaux ou encore culture de canne à sucre. Tant d’immersions culturelles, un retour à l’essentiel.

★★★★☆

La particularité du Rio Céleste ? Ses eaux on ne peut plus turquoises !
La raison de cette couleur éblouissante ?
La rencontre de deux rivières non colorées …
Pour admirer ce phénomène, il faudra emprunter un chemin qui remonte la rivière jusqu’à l’endroit où se rencontrent les deux ruisseaux.
On passe devant une source d’eau chaude qui provoque des bulles, un réel jacuzzi naturel mais auquel nous n’avons pas accès. En effet, il est interdit de se baigner dans le Rio Celeste et, à la haute saison, les gardes forestiers veillent.

Le chemin, souvent boueux, est au beau milieu de la jungle. Il n’est pas rare d’observer des serpents, singes, coatis … ouvrez les yeux !
Un lieu à découvrir lorsqu’il fait beau pour admirer la couleur limpide de la rivière.
Le Rio Celeste fait partie du parc du volcan Tenorio, éteint depuis longtemps. L’entrée coûte $12/personne.

★★★☆☆

Incontournable d’un voyage au Costa Rica, le volcan Arenal culminant à 1657m est le symbole du pays. Sa forme parfaitement conique le rend très photogénique. L’Arenal est malheureusement souvent la tête dans les nuages et pas tout le monde n’a la chance de voir son sommet. Il est situé au bord du lac Arenal qui offre de beaux panoramas sur le volcan et son petit frère tout proche, le Cerro Chato (1140m) Une route fait le tour du lac mais attention, si la partie nord est facilement praticable, celle au sud est beaucoup moins bien entretenue. Attendez vous à une piste en mauvais état, à traverser des rivières et à mettre beaucoup de temps. Le 4×4 est ici indispensable.
À l’Arenal, les activités ne manquent pas, la zone est vraiment touristique. Vous pourrez faire un tour sur le lac, découvrir la canoter des nombreux parcs des environs, opter pour un parc de papillon …

Ce que nous vous conseillons pour éviter la foule : grimpez le Cerro Chato. Comptez moins de 2h pour rejoindre le sommet et grimper les quelques 500 m de dénivelé positif sur un chemin très accidenté et qui monte sec. Attendez-vous à de la boue, des crevasses et des arbres sur votre passage par moment. Cette randonnée est tout de même accessible sans grande condition physique. Elle permet d’admirer la cloud forest (forêt de nuage) et de bénéficier au sommet d’une belle vue sur le volcan Arenal et sur le lac couleur émeraude du cratère du Cerro Chato. Vous pourrez également vous rafraîchir en vous y baignant. Vous croiserez peut être des coatis, oiseaux et singes dans la forêt.
Cette randonnée peut se faire depuis deux versants différents : l’Arenal Observatory Lodge & Spa (proche du volcan Arenal) et le Green Lagoon tourist information (côté La Fortuna). Il vous faudra vous acquitter de $10 pour y accéder. Depuis ces deux points vous pourrez admirez une cascade.
Cette randonnée est idéal car il n’est pas possible de grimper l’Arenal depuis sa dernière éruption.

Une balade permet également d’observer les résidus de lave des dernières éruptions.
Après la randonnée du Cerro Chato, nous vous conseillons de vous relaxer à une des dernières sources d’eaux chaudes. Attention pour ceux qui cherchent des sources naturelles : fuyez !! Ici toutes les sources sont surexploitées touristiquement et les “Aguas Calientes” sont de véritables parcs aquatiques. Prévenus, nous avons quand même testé celles de Baldi Hot Springs Hotel and Spa ($35/personne ou $57 avec le copieux dîner buffet). Nous avons adoré sa trentaine de bassins aux eaux de différentes températures. Ses bains bouillonnants, son décor avec ses cascades et éclairages, ses hamams naturels et ses impressionnants toboggans. Pour une option moins touristique et beaucoup plus abordable, il y a une source d’eau chaude gratuite au bord de la route près du Tabacon Grand Spa & Hot Springs.
Un conseil, ne vous attardez pas à l’Arenal, c’est un des endroits les plus touristiques du Costa Rica.

★★★☆☆

Situé au sud de l’Arenal, Monteverde est un parc connu pour l’immensité de sa cloud forest (forêt de nuage) et sa vie sauvage importante. Si Monteverde attire de nombreux visiteurs, le parc vaut quand même la peine. Ici, vous observerez des singes hurleurs, araignées, capucins, des paresseux et de nombreux oiseaux. Le parc dispose de plusieurs chemins. Vous vous enfoncerez dans la jungle jusqu’à un pont suspendu, puis une cascade et vous arriverez enfin au bout du parc à un mirador depuis lequel vous pourrez admirez des kilomètres et des kilomètres de forêt. En toile de fond de ce panorama : Punta Renas et sa baie. D’autres chemins permettent de retourner à l’entrée du parc. Vous perdrez toujours plus dans une végétation dense et vous serez complètement dépaysés.

Les alentours de Monteverde regorgent d’activités. Les parcs payants pour touristes ne manquent pas : animaux, plantes, accrobranche et ponts suspendus feront le bonheur de chacun. Si nous ne sommes pas adeptes de ce type d’infrastructures, nous souhaitions tout de même faire un tour dans la canopée et avons opté pour le Skywalk. Cette balade permet d’admirer la cime des arbres grâce à ses nombreux ponts suspendus hauts de plus de 60m et long jusqu’à 150m !
Une aventure vraiment unique à ne pas manquer !

★★★★☆

Pour finir cet itinéraire par un peu de repos, nous avons choisi de découvrir la côte pacifique et la péninsule de Nicoya. Ces longues et sauvages plages de sable blond étaient à la hauteurs de nos attentes. Pour vous y rendre il vous faudra être véhiculé sinon vous ne pourrez vous rendre qu’aux plages proches de Tamarindo (au nord) et celles de Montezuma (au sud). La route qui longe toute la côte de la péninsule n’est pas goudronnée, est étroite par moment et nécessite de traverser de nombreuses rivières. Ici encore, le 4×4 est indispensable !
Entre plages, surf, snorkeling, observation de la ponte des tortues et réserves naturelles, il a de quoi faire pour ceux qui se lassent rapidement de la bronzette.
Nombreuses sont les plages qu’il est possible de visiter sur la péninsule, voici notre sélection :

Playa Potero, Flamingo et Conchal : au nord de la péninsule ces plages sont assez différentes. La première est une baie avec de nombreux bateaux amarrés. La seconde beaucoup plus touristique est très belle avec ses îles en toile de fond. La troisième est plus sauvage, plus longue et bénéficie d’un plus beau sable.
Playa Grande et Tamarindo : en continuant vers le sud, vous vous arrêterez forcément à ces immenses et sauvages plages. Playa Grande est moins connue que Tamarindo et attire moins de visiteurs, dans tous les cas, il y a de la place pour tout le monde sur ces longues étendues de sable. C’est à playa Grande que viennent pondre chaque nuit de des centaines de tortues avec un pique lors des pleines lunes de septembre et d’octobre. Cette plage est très surveillée la nuit et l’observation de la ponte des tortues est très réglementée. Il convient de réserver plusieurs semaines à l’avance pour pouvoir vous y rendre. Le nombre de personne par soir est limité et vous serez en petits groupes pour déranger au minimum les tortues.

Playa Junquillal :
Une des plus sauvages et longue de la péninsule, à ne pas manquer ! Ici il n’y a pas de village, seuls quelques hôtels perdus dans la végétation. Vous ne serez jamais beaucoup sur cette plage, tranquillité assurée !
Playa Ostional et Nosara :
Cette plage protégée accueille toute l’année des centaines de tortues qui viennent pondre la nuit. La plage est remplie lors des pleines lunes de septembre/octobre comme sur Playa Grande. Le site est moins connu et il est facile de s’y rendre en réservant le jour même. La réserve est toute aussi bien réglementée pour protéger les tortues et les guides (obligatoires) sont sources de précieuses informations.

Playa Pelada et Guiones :
Proche du minuscule village de Nosara ces plages valent le détour surtout si vous attendez la nuit pour voir les tortues. La baie de Pelada est séparée de l’immense plage de Guiones par des rochers. Les deux plages sont bien différentes mais tout aussi agréables. Pour un beau coucher de soleil rendez-vous sur Pelada.
Playa Samara et Carillo :
Plus connues des voyageurs c’est plages bordée de centaines de palmiers présentent un cadre idyllique. Les bars de plage de Samara sont très agréable. Ici le surf est toujours l’activité principal, il est aussi possible de louer kayak ou paddle.

★★★★★

Fin de la péninsule de Nicoya et dernière étape de notre périple, Montezuma arrive comme une délivrance après un long voyage sur des pistes poussiéreuses. 3 rues composent cette petite bourgade. Des souvenirs shop, des bureaux de tours opérateurs et des restaurants, c’est tout. Mais Montezuma dispose de belles plages et d’environs riches.
Rendez-vous sur Playa Grande en longeant la belle plage de Montezuma pour se sentir seul au monde, le coin préféré des surfeurs. La raison de sa grande tranquillité est que la plage n’est accessible qu’à pied. Plus à l’est, la grande et magnifique baie de Playa Tambor, encore un havre de paix. Encore plus loin, les plages deviennent encore plus sauvage ​s​ , une cascade ​s​ e jette dans la mer, l ​e​ paysage est splendide. Vous pourrez opter pour une balade à cheval sur la plage pour vous y rendre ou une excursion en bateau.

Depuis Montezuma des tours de snorkeling partent pour Isla Tortuga. Si le lieu est très touristique ​, vous apprécierez le grand nombre de poissons et aurez sûrement la chance de rencontrer des requins dans les récifs. La balade en bateau permet également d’admirer la beauté des côtes.
Vous pourrez également vous rendre aux 2 belles cascades de Montezuma qui se situent à deux pas de la plage. Évitez le week end si vous souhaitez être tranquille.
Enfin, une visite à la réserve de Cabo Blanco à l’ouest de Montezuma est inévitable. Après 1h30-2h de balade dans la jungle vous arriverez sur la plage de sable blanc du parc. Un petit îlot tout proche de la pointe de la côte embell ​it​ ​ ​ encore le paysage. Ici vous verrez certainement des singes, coatis, oiseaux et peut-être même des paresseux ou encore des biches ! Une belle excursion à la journée accessible en 4×4 ou shuttle.

HÉBERGEMENT

Hôtels propres et accommodants

Nous avons logé à casa Mariquita chez Mathilde qui possèdent un petit 2 pièces au RdC de sa maison avec une chambre supplémentaire si besoin (capacité totale 6personnes).
Accueillante, Mathilde n’hésitera pas à vous aider dans la planification de votre voyage et répondra au mieux à vos demandes.

Tierra Madre propose de beaux bungalows de luxe en bois en pension complète avec une demi journée d’activité au choix par nuit.
Renseignement sur : fr.tierramadre.co.cr

Nous n’avons pas dormi près du Rio Céleste et y avons passé simplement une journée nous sommes directement allés à la Fortuna. Il est cependant possible de loger à Bijagua.

C’est à La Fortuna que logent la plupart des touristes. Vous y trouverez de nombreux hébergements.
Vous avons opté pour la Wood House. Un hostel économique en bois. Si vous êtes plusieurs vous pouvez louer une petite maison de bois avec étage sur pilotis et une petite cuisine pour 50€.
Si vous recherchez plus de confort en famille, nous ne vous conseillons pas cet hébergement.

Nous avons logé à Arco Iris lodge à Santa Elena. Ces jolies petites chambres tout en bois dans un jardin sont très agréable et le buffet du petit déjeuner copieux. L’hôtel est très bien situé.

A Playa Grande nous étions à Playa Grande surf camp. Ce mignon petit hôtel dispose de petites chambres en bois sur pilotis ($40), d’une piscine, d’une cuisine, de hamacs et loue des planche ​s​ de surf. Situé au bord de la plage et ​avec un personnel d’une grande gentillesse (En pleine période touristique nous n’avions pas réservé et difficile de trouver un logement pour 5, les propriétaires ont accepté que nous dormions tous dans la même chambre pour le même prix).
A Nosara, nous avons dormi au Salty Pélican Inn, un petit hôtel tenu par des américains. Comptez $40 pour une belle chambre de 5 personnes.

Ayant réservé tard, en pleine période touristique, il n’y avait plus d’hôtels disponibles à Montezuma. Nous avons trouvé un ​e​ maison dans une très belle résidence de Playa Tambor. Nous ne regrettons absolument pas, nous étions à 2 pas de cette superbe plage ​, avons​ bénéfici ​é d’une piscine privée et les ratons laveurs, singes et aras rouge ​s​ venaient se balader dans le jardin !

LES TRANSPORTS

en 4×4

Obligatoire !

Les routes sont goudronnées jusqu’à El Jobo. La plupart des plages sont accessibles par des pistes. Celles-ci sont en bon état et l’usage du 4×4 n’est pas essentiel. Attention, reliez la panaméricaine depuis El Jobo en repassant par La Cruz, par la petite route il y a de nombreux ruisseaux à traverser.

Adrien viendra vous chercher au petit village de Los Andes. Depuis La Cruz prenez la panaméricaine vers le sud puis bifurquez à gauche sur la 4. Sortez à Las Animas et continuez en direction de La Garita puis Los Andes.

Depuis Los Andes, nous avons récupèré la panaméricaine direction le sud et avons tourné à gauche sur la 6 au niveau de Hacienda La Pacifica direction Bijagua. A la sortie de Bijagua, une route indiquée sur la droite mène au Rio Celeste. Si la piste était autrefois difficile d’accès, elle a été refaite et n’est plus problématique du tout. L’usage du 4×4 n’est donc pas essentiel.

Depuis le Río Celeste, il est possible d’emprunter les petites routes bordées par des champs d’ananas pour ensuite récupérer la voie principale au niveau de Katira. Il faut ensuite continuer sur cette route (la 4) jusqu’à El Tanque et tourner à droite pour continuer jusqu’à La Fortuna qui est indiquée par les panneaux.
Pour vous rendre à l’Observatory Lodge, il vous faudra continuer cette route et contourner l’Arenal par l’EST et tourner à gauche juste après la rivière (ce sera indiqué par les panneaux).

De l’Arenal à Monteverde vous avez l’option très longue (plus de 6h) qui contourne le lac Arenal par le nord pour pour récupérer la route principale ou longer la première partie du lac par le sud jusqu’au Río Chiquito Abajo et au village de Los Perez pour ensuite récupérer la route 145 et les villages de San Miguel, La Florida, Turin …
Attention, cette route n’est accessible que par 4×4 et en saison sèche. Il y a de nombreuses rivières à traverser dont celle du Rio Chiquito qui est très large, profonde et qui pr ​é​ sente des rapides.
Nous l’avons traversée de nuit et n’étions pas du tout rassurés. Le reste de la route est une piste caillouteuse mais qui reste praticable en 4×4. Comptez environ 2h30 depuis La Fortuna jusqu’à Santa Elena.

Depuis Monteverde, il vous faudra récupérer la panaméricaine direction le nord jusqu’à Liberia puis la route 21 jusqu’à Belem, la route 155 qui rejoint la côte et enfin, la 160 qui longe la côte.
Si la route au nord de la péninsule de Nosara est goudronnée, ce n’est plus le cas à partir de Tamarindo. Attendez-vous à des pistes, certaines caillouteuses et des rivières à traverser, le 4×4 reste essentiel !
Le gps est aussi de rigueur bien qu’il n’y est qu’une route “principale “ elle reste parfois difficile à trouver.

Depuis Samara, la piste devient encore plus mauvaise et il ne faut pas s’y aventurer en saison des pluies. Il faut suivre la route 160 et bifurquer au niveau de la petite ville de Cobano.
Pour se rendre à Cabo Blanco il faut suivre la route qui longe le bord de mer à l’ouest de Montezuma.
Pour rejoindre Playa Tambor il est possible de retourner à Cobano ou de prendre une piste qui coupe directement vers Tambor.
Enfin pour rejoindre San José, il faut passer par Punta Renas en empruntant un ferry ou en faisant le tour de la baie par le pont sur le Río Tempisque (comptez au moins 6h).
Les ferrys d’1h30 partent de Puerto Paquera et de Playa Naranjo. Comptez 1h pour vous rendre à Puerto Paquera depuis Montezuma (mais veillez à vous rendre au port 1h avant votre départ. Attention aux périodes de fortes affluences, vous risquerez de ne pas avoir de place dans le premier ferry. Il y a environ 5 ferr ies​ ​ par jour, renseignez-vous sur les horaires. S ​’​ il n’y a plus de place dans le ferry de Puerto Paquera, vous pouvez vous rendre à Playa Naranjo, les horaires sont décalés. Comptez encore 45mn de route bien sablonneuse pour vous y rendre.
Le ferry est une belle option pour admirer la baie et ​s​ es nombreux îlots.
Si vous n’avez pas de véhicule, des shuttle ​s​ partent de Montezuma pour San José, Manuel Antonio …

COUPS DE COEURS / À ÉVITER

La faune incroyable du Costa Rica, nous avons été comblés

L’immensité de sa jungle et sa vision précurseur du tourisme et ​ de​ l’environnement.

Itinéraire alliant incontournables et coins reculés

Routes difficiles et destinations mal desservies

Pays pauvre en culture historique, architectural, culinaire..

A inclure dans notre prochain voyage au Costa Rica

Le parc Tortuguero

Connu pour la richesse de sa faune, Tortuguero est accessible seulement par bateau. Au programme : sorties en bateau ou en kayak sur la rivière pour admirer les oiseaux et autres animaux ainsi que la mangrove ou encore excursion pêche.

Río Sarapiqui

Ce fleuve est connu pour ses rapides et les nombreuses options en eaux vives qu’il offre. Qui est partant pour une descente de kayak ?

Côté Caraïbes

Sable blanc et eaux turquoises, tout le monde en rêve. C’est du côté des Caraïbes que ça se passe ! Rendez-vous à Cahuita pour profiter de la plage et d’admirer la faune sous-marine en snorkeling.