Observation scientifique de la migration des baleines

Previous

Next

Observation de la migration des baleines à bosse à Padre Ramos avec Eli Scientifique

Padre Ramos, Nicaragua De 7h à 15h + 4 personnes max.

De Janvier à Avril Nature, Animaux Déjà testé par 3 Local Xplorers

Petit aperçu :

Si aucun guide de voyage ne mentionne l’observation de baleines au Nicaragua, elles migrent bien le long de la côte pacifique ! Nous vous avons déniché une belle Xpérience pour les observer tout en apprenant plus sur ce majestueux mammifère : embarquer pour une journée avec Eli Scientifique, l’association étudiant la migration des baleines ! Une journée inoubliable vous attend !

LA LOCAL IMMERSION

Et si nous vivions au rythme des baleines le temps d’une journée?

Les baleines à bosse migrent de la Californie aux eaux chaudes de la baie « Bahia de Salinas » que se partagent le Nicaragua et le Costa Rica. C’est ici qu’elles se reproduisent et mettent bats avant de reprendre leur route.
Eli Scientifique vous propose de prendre part à une de ses sorties en mer dans les buts de récupérer des données scientifiques permettant d’étudier, de pister et de reconnaître les baleines. Vous bénéficierez également d’un matériel de pro pour écouter et retracer le parcours des baleines.

En tant que scientifique, l’association est autorisée à rester plus d’une heure avec chaque baleine rencontré et de s’approcher à 15m d’elles quand un opérateur touristique n’a le droit de rester que 15mn et de ne pas dépasser les 100m de proximité. Des directives qui vous permettront de profiter au maximum de cette expérience.
Au programme :

Apprendre à relever les données grâce à la fiche retraçant chaque observation de baleine
───
Prise de la température de l’eau
───
Écoute et enregistrement du chant des baleines
───
Suivi GPS des baleines
───
Prélèvement d’échantillon de peau suite à un saut de la baleine
───
Prise de photo de la dorsale et autres parties marquées
───
Analyses des photos par rapport à celles des années précédentes et identification des baleines
───
Et bien sûr assister à un spectacle unique, un show de baleineau, un saut impressionnant d’un mâle, une colonie de dauphins …

Attention : Xpérience à ne pas louper si vous visiter le Nicaragua à cette période !

LA LOCALISATION

Padre Ramos, Nicaragua

C’est au bout d’une piste sablonneuse, dans un minuscule village coupé du monde et oublié des touristes que s’établir Eli Scientifique, chaque année, de janvier à avril. En plus d’une longue plage sauvage, Padre Ramos, dispose d’une réserve composée de différents estuaires et canaux de mangrove. Un lieu idéal à celui qui aime la nature, le calme et l’authenticité.
C’est au large de cette petite communauté que se rend, plusieurs fois par semaine, Eli Scientifique afin d’y observer les baleines. Composée d’un chef de groupe et 3 volontaires, l’équipe était établie au Cabañas Padre Ramos lors de notre passage en 2018. Les bonnes relations et un partenariat avec cet hôtel devrait permettre à l’équipe de rester basé à cet endroit. Située à quelques mètres à l’est de l’école nord de Padre Ramos, ce nouvel hébergement est tenu par Eddy, un jeune du coin très sympa qui s’est lancé il y a peu de temps. C’est ici que vous aurez le plus de chance de trouver les membres d’Eli Scientifique. Lorsqu’ils ne sont pas en mer, ils travaillent à l’identification des baleines grâce à leurs photos et à l’organisation de leurs données.

L’HÔTE

L’équipe d’Eli Scientifique

C’est l’équipe d’Eli Scientifique qui vous permettra de vivre cette expérience unique. L’équipe composée de 2 chefs de groupe et de 6 volontaires est divisée en 2 groupes. L’un établi à Padre Ramos, l’autre au sud, à San Juan del Sur, proche de la frontière avec le Costa Rica. Les équipes changent à la moitié de la mission de 4mois.
Cette organisation a but non lucratif a été créé par Joëlle, scientifique en recherche de thèse et passionnée par les baleines. Elle s’est alors rendue compte qu’il n’existait aucune données sur la migration des baleines au Nicaragua. En effet, les données été relevées au Guatemala et au Costa Rica mais pas entre les deux. Eli scientifique voyait alors le jour, soutenue par des bourses internationales de recherches ainsi que des particuliers. Si Joëlle est chaque année chef de groupe, Étienne, que nous avons rencontré prend part au projet depuis 3ans (2ans en tant que chef de projet) les autres membres de l’équipes sont des volontaires passionnés qui changent chaque année. Les subventions permettant seulement à l’achat du matériel, à la location de la lancha, à l’essence et à indemniser les chefs de groupe pour l’hébergement et la nourriture sur place de janvier à avril, les volontaires doivent prendre en charge leurs frais.
En plus de l’étude des baleines, l’équipe d’Eli Scientifique organise des actions pour éduquer les habitants de Padre Ramos et notamment les enfants sur la protection des baleines et leur environnement. Le but étant également leur permettre d’étudier les baleines en autonomie et d’organiser des tours pour emmener les touristes voir les baleines de façon respectueuse. Cela permettrai également de fournir une nouvelle activité économique afin de réduire la surpêche de la région.

NOTRE EXPERIENCE

C’est tout à fait par hasard que nous avons rencontré l’équipe d’Eli Scientific. Nous avions décidé de nous rendre à Padre Ramos pour profiter de ses étendues de plages désertes et découvrir la réserve.
Le peu d’hébergement de Padre Ramos nous a conduit à Cabañas Padre Ramos, alors en construction (notre bungalow a été terminé une heure après notre arrivé !) C’est ici que l’équipe d’Eli Scientific est établie de janvier à avril. Lors de notre arrivée ils analysaient leurs photos afin d’identifier les baleines et de les comparer à celles de l’année précédente. Curieux, nous leur en avons demandé plus sur leurs activités et ils nous ont expliqué leurs missions et présenté l’association.

Nous avons tout de suite été séduits et nous leur avons demandé de les accompagner dans l’une de leurs sorties et aider dans leurs analyses. Ils ont bien sûr accepté et nous avons participé à leur frais de la journée ($50/personnes, c’est beaucoup mais moins qu’un tour classique et ça aide l’association).
Rendez vous le lendemain à 7h du matin, le temps est parfait, la mer plate et pas un brin de vent ! Nous embarquons alors du côté de l’estuaire Padre Ramos et sillonnons là canal pour rejoindre l’océan. Les pélicans s’envolent sur notre passage, la lumière du matin est magnifique.

Nous espérons de toutes nos forces de croiser des baleines et sommes loin d’imaginer que cette journée sera l’une des plus belles de notre périple.
Étienne demande au chauffeur du bateau de s’éloigner de 5km de la côte et de mettre le cap vers le nord pour aller à la rencontre des baleines migrants depuis la Californie. L’équipe d’Eli Scientifique est bien organisée : Laurie et Alizée à l’avant du bateau, scrutant l’horizon, Olivia relevant les données gps et Étienne en repos. Toutes les 30mns, le bateau s’arrête et sont relevés la position exacte du bateau, la direction dans laquelle il se dirige, sa vitesse, la visibilité, l’état de la mer, les précipitations, la température de l’eau… ces données permettent d’évaluer les chances de rencontrer des baleines ce qui peut expliquer que les conditions ne soient pas idéales à leur observation alors qu’elles peuvent être présentes.

L’équipe écoute également les sons sous-marins afin de savoir si des baleines sont dans les parages. Si c’est le cas, leur chant est enregistré pendant 15mns pour pouvoir être analysé par la suite. Les données relevées, chacun change de poste, pas de jaloux, tout le monde touche à tout !
Le bateau repart ensuite et lorsqu’un des membres de l’équipage aperçoit un jet d’eau au loin (ou tout autre élément pouvant s’apparenter à une baleine), le bateau fonce en sa direction.

Étienne se met alors en position devant, appareil photo en main, prêt à dégainer. La personne chargée de relever les données change de feuille et indique cette fois les informations propres à la baleine : la localisation gps, la direction dans laquelle a été observé la baleine, a combien de mètres du bateau, quel angle, où est ce qu’elle se dirigeait,combien de temps elle a été observé, quelle a été sa réaction à la présence du bateau, la température, le nombre de minutes qui s’écoulent entre ses remontées à la surface…

Nous avons eu la chance de voir un premier mâle. Celui ci a mis environ 8-10mn à chaque fois pour apparaître à la surface, faisant jaillir de l’eau puis replongeant à plusieurs mètres de profondeur. Étienne se tient prêt à chaque fois afin de prendre les photos permettant d’identifier la baleine. La dorsale lui est nécessaires ainsi que toute marque qui pourrait s’apparenter à un signe distinctif à analyser et à comparer avec les photos des baleines observer l’année précédente à la même époque.
Et, d’un coup, sans que l’on s’y attende, nous avons eu droit au premier saut de baleine à quelques mètres de nous. Bouche bée, sans réaction (même pas celle de prendre une photo pour immortaliser ce moment), sans un bruit, nous avons observé l’immensité de l’animal. Et puis très vite, alors que notre excitation était à son comble, l’équipe s’est empressée de récolter à l’aide d’une épuisette les résidus de peau que la baleine a laissé à la surface de l’eau. Mis avec soin dans une éprouvette et datés, ils seront ensuite envoyés au labo pour être analysés.

Étienne nous explique ensuite que les baleines sautent afin de nettoyer leur peau, le contact violent avec l’eau (et oui ça pèse ces bêtes !) leur permet de se délivrer des parasites qui s’accrochent à leur peau (coquillages…) intéressant !
Une fois que l’équipe juge avoir assez de données et de photos pour étudier la baleine, nous lui disons au revoir et reprenons la route.
En effet, en plus d’apprendre énormément sur les baleines, le fait d’être avec des scientifiques nous permet de rester plus longtemps (jusqu’à 1h30 avec la même baleine) et de s’approcher plus près des baleines. Ce qui est strictement réglementé pour les excursions touristiques.
Nous aurons ensuite la chance d’observer 3 fois des couples maman/bébé baleineaux, sortirent à la surface en même temps, des moments tout aussi magiques. Lorsqu’ils sont hors de l’eau, Étienne bombarde de photos (nous aussi d’ailleurs), à partir du moment où ils replongent, chacun a pour directive de sillonner sa partie de l’horizon car on ne sait jamais où est ce qu’ils vont ressortir à la surface !

L’excitation fut à son plein lorsque le dernier baleineaux que nous ayons rencontré nous a fait un show bien plus impressionnant qu’il pourrait être dans les parcs aquatiques pour touristes !
Des sauts par ci par là à n’en plus finir, des « coucous » avec ses nageoires, à se rapprocher toujours plus près du bateau (ou plutôt barque) pour notre plus grand plaisir. Si nous étions complètement scotchés, les sourires jusqu’aux oreilles, à certains moments nous n’étions pas très rassurés, le baleineau voulait jouer et s’est approché vraiment près du bateau, ses sauts auraient bien pu nous renverser ! Mais tout c’est bien passé et nous sommes rentrés après 15h (la mer commençait à s’agiter et puis l’essence a s’amoindrir) comblés.
Crevante cette journée bateau car le soleil tape et qu’on est constamment en recherche, en excitation mais qu’est ce qu’on en a pris plein les yeux !
Une expérience inoubliable dans un magnifique cadre, avec plusieurs volcans en toile de fond. Un souvenir unique que l’on souhaite à tout voyageur de vivre !

[sc name=”Test produit recommandé”]