Les chercheurs d’or du Rio Tigre

Previous

Next

Retour à l’âge d’or avec les chercheurs d’or du Rio Tigre

Dos Brazos, Péninsule d’Oza, Costa Rica Une à deux journée 1 à 3 personnes

Toute l’année  Nature, Culture  Déjà testé par 4 Local Xplorers

Petit aperçu :

Et si l’ère où l’homme cherchait la pépite d’or pour subvenir à ses besoins primaires n’était pas si loin ? Les authentiques chercheurs du Costa Rica, la “Côte Riche”, se transmettent leur précieux savoir de père en fils. Pablo et Eduin cherchent le précieux métal depuis l’âge de 13 ans. Si le travail est difficile, l’espoir de trouver LA pépite d’or est toujours présent. Participez à cette expérience d’un autre temps et repartez avec vos propres pépites d’or issues du Rio Tigre.

LA LOCAL IMMERSION

Et si l’âge d’or était encore d’actualité ?

En voyage sur la Péninsule d’Oza et à la recherche d’une alternative de randonnée hors du parc de Corcovado ? Bolita, auberge ecolodge en pleine jungle, vous offrira des possibilités de randonnées à la frontière du parc de Corcovado. Les animaux qui jouissent d’une liberté totale seront tout aussi présents, et les sentiers y seront tout aussi bien entretenus. Pour 10 euros le dortoir en pleine jungle, ne vous en privez pas !
À proximité, le Rio Tigre, charmante rivière précédée par 4 cascades que vous aurez également l’occasion de découvrir. En contre bas, quelques maisons de fortune surplombent la rivière. Ce sont celles des chercheurs d’or du Rio Tigre, cours d’eau que les anciennes mines industrielles ont délaissées, faute d’autorisation d’exploitation. Elles ont de facto été remplacées par ces hommes qui, depuis l’âge de 13 ans, cherchent le précieux métal.

Sous les conseils d’Eduin et Paolo, venez participer à ce que l’on appelait autrefois la ruée vers l’or. Au programme:

Petite marche jusqu’au lieu de recherche
───
Apprentissage de l’utilisation des 2 outils essentiels à la recherche d’or
───
Participation à la recherche d’or en utilisant la pelle, ou en extrayant les plus grosses pierres
───
Récupération des pépites d’or dans la fameuse coupole
───
Cuisine de l’or afin de n’en garder que le précieux métal
───
Partage autour d’un café

En prime, repartez avec vos propres pépites d’or ! Mais n’oubliez surtout pas de les rémunérer largement, bien qu’ils essayeront certainement de vous les offrir…

LA LOCALISATION

Dos Brazos, Péninsule d’Oza, Costa Rica

Bolita Rainforest Hostel est une superbe adresse pour les amoureux de la nature qui ne souhaitent pas payer le prix d’entrée outrancier demandé par le parc Corcovado. Depuis cet Hostel proposant des nuits en dortoir à 10 euros, où des nuits en chambres privées à 12 euros, vous aurez la chance de profiter gratuitement de la même diversité de faune et flore grâce à des sentiers de randonnée très bien balisés, incluant la découverte de 4 cascades. Si vous ne souhaitez pas y dormir, vous pouvez payer 10$ pour accéder aux sentiers.
Pour y aller, rendez vous à Dos Brazos, petit village de la péninsule d’Oza. Vous y trouverez un office indiqué Bolita, où vous pourrez laisser des affaires et recevoir les indications nécessaires pour vous rendre à l’hostel. Peu après votre départ, vous traverserez une rivière : le Rio Tigre. C’est en remontant cette rivière, en longeant le cours d’eau les pieds dans l’eau, que vous trouverez la maison des chercheurs d’or. Cachée dans la jungle, quelque 500m plus haut que le point où vous traversez la rivière pour vous rendre à Bolita, leur maison est principalement composée de bâches et de taules. Si vous ne voyez personne aux abords de la maison, continuez à remonter la rivière. Vous croiserez forcément Paolo et Eduin en train de travailler.

L’HÔTE

Paolo et Eduin

Paolo et Eduin sont deux hommes avec le cœur sur la main. Paolo est le cousin d’Eduin. A la mort de sa mère lorsqu’il était tout jeune, il a été recueilli et élevé par la mère d’Eduin. Ils ont donc grandi comme des frères. À 13 ans, alors que les mines industrielles perdent leur autorisation d’exploitation, leur père les emmène chercher de l’or avec lui. C’est donc très jeune qu’ils débutent ce métier très difficile…
Aujourd’hui, cela fait 11ans qu’ils habitent sur la rive du Rio Tigre. 4 à 5 chercheurs d’or exploitent cette rivière. Chaque journée de travail permet de ramener quelques milligrammes d’or, un demi-gramme pour les meilleurs jours. En venant les rencontrer, vous repartirez donc à coup sûr avec quelques milligrammes du précieux métal.

NOTRE EXPERIENCE

C’est lors d’un séjour à Bolita, superbe auberge en pleine jungle disposant de nombreux sentiers de randonnée à la lisière du parc Corcovado, que nous parcourons les sentiers à la recherche des 4 cascades annoncées. La 3eme cascade en termes de hauteur se trouve le long du Rio Tigre. Traversez cette rivière en vous rendant à l’auberge Bolita. C’est le seul cours d’eau que vous aurez à traverser, pieds nus ou en passant avec agilité sur les pierres si le niveau d’eau le permet.
C’est en commençant à remonter la rivière, pieds dans l’eau et chaussure à la main, que nous croisons un homme à contre sens. Nous échangeons quelques mots, il nous confirme que la cascade est toute proche, et nous indique que lui et ses amis cherchent de l’or en amont. Pas un mot de plus, il continue son chemin. Très intrigués, nous continuons rapidement à remonter la rivière, à la recherche de ces supposés chercheurs d’or.

Nous voilà au niveau de ce qui parait être une maison au milieu de la jungle. Derrière des buissons et des bananiers, nous apercevons une bâche, une taule, et peut être même le bruit d’un homme qui s’approche. Cet homme a le visage marqué, la barbe et des cheveux longs grisonnants. Nous échangeons un “Hola” et lui demandons s’il est chercheur d’or. Il nous répond d’un signe de main nous indiquant de continuer à remonter la rivière…

Nous contournons donc le bosquet par la rivière, l’eau aux genoux, avant d’arriver en bas d’une descente d’escaliers. Nous pouvons apercevoir, en haut, une maison au confort douteux. Nous attendons un peu et apercevons Eduin -il se présentera en bas des escaliers- machette à la ceinture, gros sacs sur le dos, et pelle sur l’épaule. Nous échangeons 3 mots de présentation. Il nous montre l’aval de la rivière et nous propose de le suivre pour nous montrer comment chercher de l’or ici, dans le Rio Tigre.

Nous nous exécutons et le suivons sur quelques centaines de mètres, jusqu’à nous arrêter en contre bas d’un autre homme, qui semble être en train de pelleter dans la rivière. Pendant qu’Eduin pose son sac, l’autre homme nous rejoint et nous entamons une grande conversation. Nous apprenons qu’Eduin est le cousin de Paolo et qu’ils ont grandi ensemble, élevés par la mère d’Eduin quand celle de Paolo est décédée. À 13 ans, ils ont commencé à chercher de l’or, un peu plus loin sur la péninsule d’Oza. Les mines ont perdu leurs autorisations d’exploitation, mais eux ont pris le relais. Au temps de leur père, il y avait énormément d’or, la mine en sortait plusieurs kilos par jour, mais leur père était mal payé car la valeur du métal précieux était bien moindre qu’aujourd’hui. Il parait qu’il dépensait presque tout l’argent au bar.

Aujourd’hui, voilà 11 ans qu’ils habitent au bord du Rio Tigre. L’or vaut à peu près 17 000 colons le gramme et ils ont arrêté de tout dépenser au bar. Ils ont également arrêté d’aller travailler en montagne lors des périodes de pluies, 4 mois où ils ne peuvent pas travailler dans le Rio Tigre car l’eau est trop haute. Le travail en montagne était trop dur et leurs jambes ne le supportaient plus… Pendant que Paolo nous raconte tout ça, Eduin rempli la coupole de cailloux à l’aide de sa pelle.

Nous nous attardons alors sur cela en le regardant. Il sort d’abord les plus grosses roches puis, d’un mouvement circulaire, il fait tomber les cailloux petit à petit, jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un peu de poussière au fond de la coupole. Pas de chance pour cette fois, il n’y a rien. Il creuse alors un peu plus profond, toujours entre le lit de la rivière et la roche qui l’entoure, pour remplir de nouveau la coupole. Il réitère le processus, jusqu’à nous montrer la première pépite ! Minuscule, elle brille effectivement au milieu de la poussière noire qui reste au fond de la coupole ! Eduin la met dans une petite boîte.

Paolo demande alors à Eduin d’aller chercher un autre outil permettant de chercher l’or. Après un instant, il revient avec une grosse caisse de bois sur l’épaule. Elle est ouverte sur la longueur, et dispose d’une grille en métal sur le fond. Elle sera positionnée dans le lit de la rivière, et des grosses roches seront mises de part et d’autre afin de faire barrage à l’eau qui sera obligée de passer par ladite caisse. Ils nous expliquent qu’ils mettent directement la roche préalablement creusée dans cette caisse, et que la pression de l’eau vient automatiquement laver les plus gros cailloux pour ne garder que la poussière. L’or qui pèse plus lourd reste coincé dans le fonds de la grille. Incroyable mais vrai !

Nous voilà alors à pelleter et à retirer à la main les plus grosses roches de la caisse pendant une heure et demie environ. Le suspens est de mise car nous ne regardons pas une seule fois le contenu de la grille pendant tout ce temps. Le travail est dur et le soleil cuisant. Nous décidons d’arrêter pour enfin regarder ce qu’il ressort de ce labeur. Nous retirons l’eau de la caisse, et mettons le contenu de la grille dans la coupole. Après quelques minutes, il ne reste quasiment plus rien à part …. Plusieurs pépites d’or ! Paolo et Eduin sont tout excités car une est légèrement plus grosse que les autres. Visiblement, nous sommes chanceux ! Cela leur donne d’ailleurs envie de continuer, mais conscient du travail que cela représente, nous leur suggérons d’arrêter pour aujourd’hui.

Paolo nous invite à monter chez lui pour faire cuire l’or afin de retirer les impuretés. Il le met dans un petit récipient en fer, et le pose sur le feu quelques instants. L’or est prêt à être vendu. Il le met dans un petit papier alu récupéré dans les paquets de cigarettes, puis dans un sachet, et nous le propose comme cadeau ! Nous refusons lourdement mais il insiste. Aussi paradoxal que cela paraisse : nous sommes dans une maison alliant une bâche en guise de mur, quelques taules pour former le toit, une pierre pour y faire le feu et deux planches de bois servant de lit.. rien d’autre ! Nous décidons alors d’accepter l’or et de lui payer au prix fort. C’est la moindre des choses pour cet homme qui nous demande si nous n’avons pas des paquets de cigarettes vides à lui offrir pour récupérer l’aluminium à l’intérieur.

Gêné de notre offrande qui n’en est pas une, nous continuons ce moment très fort en émotions autour d’un café. Paolo nous parle de sa famille qui n’est plus là alors que la pluie naissante résonne sur les taules. Nous échangeons encore, découvrant que Paolo ne sait pas vraiment que l’Europe est séparée des Amériques par l’océan, ni même qu’il y a plusieurs pays en Europe. Nous rions, les sourires n’arrêtent plus, jusqu’au moment de prendre le chemin du retour, comblés par cette expérience d’une authenticité extraordinaire que nous vous invitons vivement à aller découvrir.