Une famille d’artistes potiers

Previous

Next

Apprendre la poterie chez une famille d’artisans à San Juan de Oriente

San Juan de Oriente, Nicaragua 1 heure 4 personnes max.

Toute l’année Artisanat, Culture Déjà testé par 2 Local Xplorers

Petit aperçu :

Lors de votre voyage au Nicaragua, vous souhaitez rencontrer des artisans et d’apprendre leur art ? À San Juan de Oriente, près de Granada, nous avons rencontré Roberto qui travaille, en parallèle de ses études dans l’atelier/boutique de poterie familiale. Chacun a sa spécialité et leurs objets uniques sont 100% réalisés avec des matériaux naturels, de la terre aux couleurs utilisées pour peindre ces véritables œuvres d’art !

LA LOCAL IMMERSION

Et si un artiste nous apprenait la poterie?

Le Nicaragua est une destination pour les amoureux des treks et la nature mais également les passionnés de découvertes culturelles. Vous croiserez sûrement la route de nombreux artisans et aurez peut-être la chance d’en rencontrer dans les petits villages.
Potiers, tresseurs de paniers, sculpteurs de bois ou de cuivre, nous en avons rencontré plusieurs. Si la plupart ont du talent, nous avons eu un réel coup de cœur pour le travail de la famille de Roberto : toutes sortes de poteries plus lumineuses et colorées les unes que les autres, aux motifs travaillés, aux traits fins et aux détails appliqués.

Au programme :

Récupération de la terre (directement dans le jardin)
───
Préparation de la terre afin de pouvoir la travailler
───
Façonner la forme de l’objet à l’aide du tour de potier
───
Ajout de baro de León
───
Ajout de baro de León
───
Polir l’objet
───
Appliquer la couleur
───
Dessiner les motifs à l’aide d’une tige de fer
───
Mettre au four

Laissez place à votre créativité !

LA LOCALISATION

San Juan de Oriente, Nicaragua

C’est dans le petit village d’artisans de San Juan de Oriente qu’est établi l’atelier Alfarerja de la famille de Roberto. Situé dans la rue principale, dans la descente après la place et l’église, il est facilement reconnaissable par son grand panneau et ses escaliers qui mènent à la boutique.
San Juan de Oriente fait partie des Pueblo Blancos, villages d’artisans de la région de Granada qui un jour avait leurs façades complètement blanches.
À San Juan, les ateliers de potiers ne manquent pas. Le village fournit tous les marchés d’artisanat de la région. Si les objets proposés dans chacune des boutiques peuvent paraître similaires, la qualité et la précision ne sont pas toujours la priorité de ces artisans. Après avoir pas mal regardé, nous avons été séduits par le travail de Roberto.
La plupart des potiers du village disposent de leur atelier en arrière-boutique, ils n’hésiteront pas à vous le montrer. Malgré le manque d’espace de certains, le four est toujours bien présent !
En vous baladant dans les quelques ruelles du village vous pourrez observer ces artistes à l’œuvre.
Localisation géographique de l’Atelier de Roberto : 11.905044, -86.075026

L’HÔTE

Roberto de l’atelier Alfarerja

Cette immersion est proposée par Roberto , jeune homme de 23ans, étudiant le droit à l’université de Managua. Téméraire, Roberto sait ce qu’il veut et se donne les moyens de réussir. Il passe tous les jours 4h dans le bus public pour se rendre en cours et rentrer à la maison. Une fois rentré, il travaille dans l’atelier familial, réalisant de magnifiques objets. Ses week-ends, il les passe à tenir la boutique et explique avec engouement son travail aux visiteurs curieux de connaître les secrets des belles poteries de la boutique. Roberto est aussi l’homme de la maison, son père travaillant en Floride, il s’occupe de sa mère, sa femme et son frère plus jeune. Tous œuvrent également à la création des objets afin de subvenir aux besoins de la famille. Chacun a sa spécialité, vases, assiettes, bols, mugs, bougeoirs, cendriers, tout pour équiper une maison !
Concernant la commercialisation des produits en dehors de la boutique, c’est Roberto qui gère. Ses études lui donnant les clefs pour gérer au mieux les affaires de la famille.

NOTRE EXPERIENCE

C’est en se baladant dans les petites rues de San Juan de Oriente, s’attardant dans les boutiques d’artisanat que nous sommes tombés sur celle de Roberto. Depuis la rue, les couleurs des poteries nous ont tout de se suite tapé dans l’œil. Bien que certaines peuvent ressembler à celles d’autres magasins, nous avons étés bluffés par leurs détails et finitions impeccables.

Curieux, nous en avons demandé plus à Roberto qui n’a pas hésité une seconde à nous faire traverser le salon de sa maison pour nous emmener dans l’atelier familial. Une vraie caverne d’Ali baba avec tout un tas de pots de peinture naturelle, de paquets de terre, de pierres, de pinceaux et autres ustensiles.

Roberto nous explique d’abord que la terre utilisée pour les poteries n’est autre que celle de leur jardin qu’ils récupèrent à 3/4m de profondeur. Les couleurs jaune et rouge utilisées pour peindre sont complètement naturelles et fabriquées grâce aux pierres de la laguna de Apoyo. Les couleurs bleu, vert, noir sont à base d’oxyde.

Roberto prend ensuite un bout de terre et nous apprend qu’il utilise un petit moulin afin d’enlever les déchets de la terre (cailloux, feuillles…) et pour rendre la terre plus fine, telle du sable. C’est tout simplement à l’aide d’eau qu’il est ensuite possible d’en faire une boule. La terre est alors prête, place à la créativité !
C’est au tour de potier que tout se joue, Roberto façonne avec une grande aisance et habileté un pot puis un vase, nous expliquant les positions de ses mains. Lorsque nous essayons ce n’est pas tout à fait pareil …
Roberto innove régulièrement, testant différentes formes, il coordonne également les objets qu’il crée. Formant par exemple des services à thé ou d’assiettes parfaitement similaires.

Le pot une fois formé, Roberto applique du baro (terre) de León, plus fine puis laisse reposer la pièce dans un sac plastique. C’est ensuite le moment de polir la poterie, d’appliquer les différentes couleurs au pinceau puis de repolir à l’aide d’une pierre de plastique afin de lisser. C’est une fois la couleur posée que l’artiste taille ses dessins à l’aide d’une tige de métal. Il faut alors avoir calculé son coup pour que la couleur coïncide avec les motifs. C’est un travail très minutieux pourtant Roberto est une fois encore très rapide et précis. Parfois il invente complètement sur le moment.

Cette étape est celle qui prend le plus de temps au potier. C’est aussi celle qui différencie réellement l’atelier Alfarerja de ses concurrents dès le premier regard. Le perfectionnisme de Roberto le pousse à finir son travail en luxant l’objet avec une pierre de mer. Que d’ustensiles!
L’objet séchera ensuite et attendra que d’autres soient près afin de les mettre dans le four traditionnel situé au fond du jardin.

Cette dernière étape n’est pas la plus courte mais celle qui nécessite le moins d’attention. Une fois les poteries disposées dans le four, il faut le réchauffer pendant 8h à l’aide de 2 bûches. 4h à grand feu sont alors indispensables afin de cuire les objets. La technique est infaillible : lorsque le toit du four noircit totalement, il assez préchauffé pour que les poteries soit assez résistantes à la chaleur, il est alors possible de faire le grand feu pour les cuire complètement.
Ultime étape, pour un produit impeccable : le cirer pour le faire briller. Encore un secret de Roberto qui prouve son application.

Ce processus rigoureux permet d’obtenir une grande qualité des objets fabriqués. Cependant, ces procédés sont lourds et entraînent une diminution de la production. L’atelier Amfarerja ne produit que 20 à 30 pièces par semaine. Ce qui est beaucoup moins que dans les autres boutiques du village.
En tout cas le résultat est plus que réussi et encore aujourd’hui, je rêve de ces poteries que j’espère un jour ramener France !